Paris : Rassemblement “Trois ans sous les bombes de Bachar al Assad”

Zoom
1956 affichages
15 mars 2014, Paris - Paris

 

Trois ans sous les bombes de Bachar al Assad :
jusqu’à quand le laissera-t-on faire ?

Rassemblement samedi 15 mars 2014
Paris, Lieu et heure à déterminer prochainement

Strasbourg, Place Kleber à 15h

 

 

 

 

Depuis trois ans les Syriens subissent la terreur d’État, pour avoir osé briser le mur du silence et dire non face à la dictature qui dirige le pays d’une main de fer depuis plus de 44 ans.
En mars 2013 le nombre de victimes avait dépassé les 70.000 morts. Un an après, ce nombre n’a pas cessé de s’accroitre en atteignant 140.000 victimes et sans doute davantage, dont plus de 11.000 morts sont des enfants massacrés sous les Barils de TNT. Cette terreur d’État a également causé le déplacement de centaines de milliers de civils syriens, détruisant des quartiers entiers, des villages et des villes sans aucun autre objectif militaire impérieuse autre que de punir la population et de semer la terreur. Les organisations de droits de l’homme et autres organismes internationaux ont signalé, documents à l’appui, que des quartiers habités par des civils ont été entièrement rasés par l’aviation du régime. Ainsi en 2012-2013, des démolitions de grande envergure à l’explosif et au bulldozer n’ont eu d’autre but qu’une volonté punitive contre la population civile. Ces agressions ont causé un « préjudice disproportionné » aux civils, comme l’a constaté Human Rights Watch.
La nature criminelle de ce régime l’a poussé, non seulement à procéder à l’arrestation des militants pacifistes de l’opposition, mais aussi à utiliser à grande échelle la torture comme arme de punition, en recourant à l’exécution arbitraire de nombreux opposants. De même, il n’a pas hésité à larguer des barils de TNT sur les civils, ainsi que des missiles balistiques ou à fragmentation ; de même, il n’a cessé de faire massacrer les gens, enfants, femmes et vieillards par ses snipers ou par arme blanche. Il a également mené, le 21 août 2013, une attaque à l’armement chimique contre ses propres citoyens dans les faubourgs de Damas causant la mort de 1429 personnes, dont 426 enfants, ce qui a mené à la décision 2118 de l’ONU qui stipule sa destruction.

Ce régime n’a pas limité sa répression à l’utilisation des armes contre les civils pour les soumettre, mais il a également utilisé
l’encerclement de certains territoires contrôlés par l’ASL, empêchant l’arrivée de l’eau potable, de vivres et d’aide médicale, ce qui a
causé des centaines de morts par la famine, comme ce fut le cas à Moadhamiya dans la Ghouta Orientale, à Daraya, à Barzeh, au camp de Yarmouk (encerclé totalement par les forces gouvernementales depuis juillet 2013), à Homs (encerclée par les forces gouvernementales depuis plus de 600 jours), ou comme à Zahraa et Nubl.

Le mardi 11 février le Conseil de sécurité a été saisi d’un document préparé par l’Australie, la Jordanie et le Luxembourg et soutenu par les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France. Le document exige, sous forme d’ultimatum et sous la menace de sanctions, des garanties d’accès à l’ensemble de l’aide humanitaire pour la population civile en Syrie. L’ambassadeur de Russie à l’ONU a osé déclarer que ce projet de texte sapait les efforts humanitaires en Syrie.

Valérie Amos, secrétaire générale adjointe des Nations Unies aux affaires humanitaires, a appelé jeudi 13 février les membres du Conseil de sécurité à s’accorder au plus vite sur le texte d’une résolution qui renforcerait de manière effective l’accès humanitaire en Syrie.

Pendant ce temps la majorité de la population civile en Syrie est privée de l’assistance humanitaire qui pourrait soulager ses souffrances qui durent depuis trois ans déjà.

A l’occasion du 3e anniversaire de la Révolution syrienne, nous appelons les forces démocrates, les partis, les organisations, les
associations et mouvements citoyens, et les élus nationaux et territoriaux, ici en France et dans le monde à se rassembler le 15 mars 2014 en solidarité avec la Révolution du peuple syrien pour :

– Demander l’arrêt immédiat des bombardements des villes et villages par l’aviation gouvernementale

– Appeler au retrait de Syrie de tous les combattants étrangers.

– Exiger l’ouverture des passages sécurisés et sans conditions pour l’acheminement des aides humanitaires et médicales
notamment la levée immédiate du blocus imposé par les forces armées du régime aux quartiers, villes et villages.

– demander un soutien international qui permette de protéger la population syrienne et d’aider à la réalisation de ces exigences
essentielles.Ceux qui se battent pour la chute du régime et pour une Syrie Libre au service du peuple syrien doivent parvenir à
réaliser leur projet d’un Etat de droit démocratique et pluraliste basé sur la liberté l’égalité et la dignité humaine.

Premiers signataires :

Le Comité de Secours à la Population Syrienne (CSPS), le Comité de Coordination de Paris pour le soutien de la Révolution syrienneCODSSYSouria Houria (Syrie Liberté), Déclaration de Damas-France, le Collectif Urgence Syrie, Chabab Al Yarmouk-France, Collectif Message to SyriaAlsace-Syrie

Réservation/ Information :

Commentaires

Pour ajouter un commentaire, veuillez s'authentifier à partir de la zone Connexion située à droite.

Les événements des prochains jours

CSS Valide !